Histoire

Screenshot 2021-06-21 at 21.27_edited.jp

 

Le “Zeemans Collegie”

Le premier “Zeemans Collegie” fut créé à Anvers en 1819. Les statuts originaux reposent encore dans les archives de l’association, comme ils furent établis lors de la réunion du 18 juin 1819. 
Ils mentionnent entre autres:
"... Ce Collège est et reste composé de Capitaines naviguant et au repos, leur comportement et leur caractère nous étants bien connus, et désirant collaborer à l'avancement de la Navigation ..."



Ce Collège maritime cessa cependant d’exister en 1827, suite au non paiement par les membres de leur cotisation…

15 novembre 1857

Comme, lors d’une belle soirée d’été – selon la tournure romantique de feu le Capt. Van Cleemput -, le soleil se couche doucement à l’horizon, nous vîmes disparaître le premier Collège maritime. Mais souvent, le coucher de soleil si impressionnant est suivi d’une aube toute aussi magnifique.


C’est alors que le Collège royal maritime belge naquit sous un nouveau jour prometteur, qui perdure jusqu’à aujourd’hui, avec en date du 15 novembre 1857 la formation d’un nouveau Collège maritime dont l’objectif était:
"... de cultiver la fraternité entre tous les Capitaines belges, et grâce au travail commun, rendre service au domaine de la Navigation belge, au commerce en général, à Anvers, où la société à son siège..."


Il fut déterminé que :


"... Le Collège sera composé de personnes de bonne vie et caractère, qui seront partagés entre membres effectifs et honoraires… La Société comprend principalement des Capitaines de navires au pavillon belge, naviguant ou en pension. Les Capitaines naviguants devront tous être membres effectifs; les Capitaines pensionnés peuvent être membres honoraires ou effectifs, et tout autre personne ne pourra être que membre honoraire ..."

Le “College Maritime Belge”

Après une période de calme, une nouvelle vie fut insufflée au Collège en 1882. Il fut alors décidé que non seulement les Capitaines pourraient être membres, mais aussi que tous les Officiers pourraient être admis au Collège; son nom fut dès lors changé en “Collège maritime belge”.


Le 9 octobre 1889, le président Capt. J.Verbist et le secrétaire Capt. E.De Baer furent personnellement reçus à la Cour du Roi Léopold II. Pour montrer son attachement aux Officiers de la Marine marchande belge, sa Majesté le Roi déclara solennellement: “Je prends le Collège maritime belge sous ma protection à partir d’aujourd’hui!” 
Le 24 octobre 1889, le Roi proclama l’appellation de « Société Royale » et le Collège porta désormais le nom de

Nautilus

Le premier numéro du magazine Nautilus parut le 1 juillet 1909, publié par le CRMB comme revue pour les membres. Depuis lors, et à l'exception des périodes des deux guerres mondiales, le Nautilus est paru sans interruption chaque mois jusqu'à ce jour.


Depuis 1930, le Collège organise des conférences et causeries pendant la période hivernale, s’intéressant à toutes sortes de sujets, en rapport avec maints aspects de l’aventure maritime.

Des réformes majeures

Depuis le 1 janvier 1937, le CRMB prit la forme d’une association sans but lucratif. Dès lors aussi - et ceci fut une importante réforme - tous les officiers présents ou passés de la Marine marchande belge, Capitaines, Lieutenants, Mécaniciens, Radiotélégraphistes, diplômés ou brevetés en Belgique et de nationalité belge ou luxembourgeoise, purent devenir membres.
Après une interruption pendant la seconde guerre mondiale, le CRMB reprit ses activités le 1 mai 1945. De concert avec la question des pensions, qui ne fut longtemps pas considérée comme résolue, on prit à corps le problème de l’enseignement des officiers de marine belge.

Stella Maris


Le 23 juillet 1956, l'association déménagea dans la nouvelle Maison des Marins "Stella Maris" sur l'Italiëlei 72 à Anvers, où se trouve encore son siège actuellement. 
Le CRMB s'active dès lors sur beaucoup de plans, e.a.:

  • L'amélioration de l'enseignement maritime, et le relèvement du niveau vers le Licence en Sciences nautiques


  • Les pensions des officiers de la Marine marchande


  • La reconnaissance des anciens combattants
— le maintien des Capitaines belges comme commandant sur les navires belges


  • La création de l'IFSMA (Internatinal Federation of Shipmasters' Associations), le CRMB en étant un membre fondateur


  • La révision du Code disciplinaire et pénal de la Marine marchande
— etc.

 

A la fin des années 80, le CRMB suivit avec beaucoup d’inquiétude le malaise grandissant dans la Marine marchande belge, et regrette fort l’impuissance du politique pour la conservation le la Marine marchande sous le pavillon belge. C’est l’oeil plein de regret que le CRMB vit le tricolore belge remplacé par le lion rouge luxembourgeois.


Jusqu’à ce jour, le CRMB continue de s’engager pour l’image de notre Marine marchande en général (e.a. par son soutien actif au retour des navires sous le pavillon belge) et pour les intérêts de l’officier de marine en particulier.